Multipotentialité

LA MULTIPOTENTIALITÉ – UN “SUPER POUVOIR”!

Qu’est ce que la multipotentialité?

La multipotentialité est un terme rapporté pour la première fois par Ronald H. Frederickson dans Recognizing and assisting multipotential youth en 1972. Cela renvoyait à l’époque aux personnes qui, “dans un milieu approprié, sélectionnent et développent un certain nombre de compétences à niveau élevé”. Cette perception de la multipotentialité à évolué depuis alors jusqu’à ce qu’Emilie Wapnick mette de nouveau ce terme sur le devant de la scène dans son Ted Talk en 2015 “Why some of us don’t have one true calling ?”. Aujourd’hui le terme de multipotentialité renvoie plutôt aux personnes curieuses et créatives, ayant des intérêts pour de nombreux sujets divers, sans pour autant être experts dans autant de domaines.

Des “superpouvoirs”

Emilie Wapnick distingue 3 “super-pouvoirs” des multipotentialistes :

  1. La capacité de synthèse des idées ou la capacité à structurer toutes ses connaissances, ses idées, en un ensemble cohérent
  2. L’apprentissage rapide
  3. L’adaptabilité

En quelque sorte éternel.le.s débutant.e.s, la rapidité d’acquisition des compétences est aussi une des forces des multipotentialistes, sans pour autant être experts ils auront toujours appris de leurs expériences. Enfin l’enthousiasme, la curiosité, le goût pour la nouveauté et la variété sont autant de qualités dont peuvent disposer ces personnes.

D’autre part la multipotentialité a pour force une grande créativité due à l’apport de tous les centres d’intérêts ayant été explorés par ces personnes. Ce grand bouquet de domaines différents permet de créer des intersections entre les idées propres à chacun, et ainsi innover, trouver des solutions originales à des problèmes, ou même créer de nouveaux domaines.

Mais des difficultés…

L’ennui est quelque chose qui peut souvent être observé chez les multipotentialistes. Il rejoint la lassitude pouvant être ressentie lorsqu’un sujet commence à être maîtrisé, ou lorsque beaucoup de temps a été passé sur un même intérêt. Ces personnes peuvent également avoir tendance à laisser tomber, à renoncer à certains projets ou encore à procrastiner.

Par ailleurs, il est très probable qu’ils ou elles se heurtent à une forte pression sociale pour trouver sa “vocation”, qui est par définition à l’encontre de sa nature. En effet, il semble parfois difficile de trouver un domaine qui se démarque des autres, de renoncer aux autres centres d’intérêt, ou bien de les considérer tous au même niveau, sans pour autant en faire une carrière. Cela peut d’ailleurs être une grande source de frustration, de dissonance ou d’un sentiment d’imposture pour ces personnes.

Après avoir investi un domaine avec un grand enthousiasme, autant en temps, en énergie voire en argent, le doute et la remise en question peuvent être également une préoccupation anxiogène pour les multipotentialistes.

Trouver sa place…

Les multipotentialistes peuvent se heurter à bon nombre de difficultés, rencontrées d’ailleurs dès les premières fois qu’il est demandé “qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?”.

Comme le soulève Emilie Wapnick, cette question peut être un véritable nœud de réflexion sans fin pour ces personnes qui ne souhaitent pas renoncer à leur grand éventail d’intérêts pour se spécialiser dans un domaine et y faire carrière toute leur vie.

Trouver sa place dans le monde du travail peut se révéler une quête ardue. Cette difficulté est majoritairement liée à la spécialisation qui a été longtemps favorisée dans le monde du travail depuis l’ère industrielle, valorisant l’expertise autour d’un à deux domaines de prédilection. Cette tendance a également été soutenue par le mythe de la destinée et de la vocation, le chemin tout tracé pour lequel un individu serait fait.

Mais il est temps aujourd’hui de déconstruire les mythes, aussi les transformations dans l’organisation du travail permettent aujourd’hui de redonner une place importante aux multipotentialistes, car la polyvalence et l’adaptabilité sont des capacités hautement valorisables pour les entreprises.

Ils sont en effet tout à fait complémentaires avec les spécialistes, apportant une vision plus globale et enrichie de toutes leurs expériences, tandis que les premiers apportent la technicité et les détails de leur domaine d’expertise. Les multipotentialistes peuvent également faire valoir leur grande capacité d’adaptation comme permettant de gérer la complexité des situations de travail, ainsi qu’une prise de poste plus rapide. Ces personnes peuvent également percevoir les missions nouvelles ou complexes comme un défi à relever et ainsi s’épanouir dans ces tâches qui mobilisent tous leurs potentiels.

L’ère des carrières longues de 40 ans est derrière nous, aujourd’hui il est admis d’évoluer et de changer de voie au cours de sa vie, certains conseillent même de changer d’emploi tous les 3 à 5 ans. Nous pouvons même ici évoquer la tendance du slashing, davantage anglo-saxonne pour le moment mais qui tend à se développer. En effet, au-delà des besoins financiers, de plus en plus de jeunes multiplient les emplois avec des missions différentes par attrait pour la diversité, notamment chez les freelances et les autodidactes.

Aussi multipotentialistes, il n’est plus temps de bâillonner votre curiosité et votre soif de découvertes mais de faire valoir vos atouts, tout à fait à leur place dans l’avenir du travail.

Vous trouverez le Ted Talk de Emilie Wapnick juste ici

Serenn Conseil peut vous accompagner à accepter et valoriser vos supers pouvoirs!