Bilan de competence à Pacé_Sens au travail_Booster votre carrière_Pacé_compétences_aptitudes et motivations professionnelles_évoluer dans votre métier_Changer de branche professionnelle

(RE)TROUVER DU SENS AU TRAVAIL : C’EST POSSIBLE!

Près de 9 salariés sur 10 considèrent que la question du sens au travail est un enjeu majeur (Enquête Deloitte, 2017.). Elle est encore plus déterminante pour beaucoup depuis la crise sanitaire. Plus d’un Français sur deux (55 %) pense que la crise du Covid a eu des répercussions sur le sens qu’il accordait à son travail, particulièrement chez les jeunes (61 % des 18-24 ans), selon une enquête Monster/Yougov réalisée fin avril dernier. Un quart se dit même prêt à « faire quelque chose pour changer leur quotidien ». Par exemple, en prenant de nouvelles responsabilités, en s’engageant dans des projets extra-professionnels, voire en entamant une reconversion. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Quels signes montrent une perte de sens au travail ? Comment y remédier individuellement et collectivement ? Rassurez-vous : il n’est pas toujours nécessaire de changer radicalement de vie…

Quand on parle de sens au travail de quoi parle t-on?

D’après Caroline Arnoux-Nicolas, Psychologue, le sens du travail tel qu’il est appréhendé dans nos sociétés modernes est le fruit de l’historique de notre rapport au travail et de notre héritage socio-culturel. Le travail est associé étymologiquement à l’idée de souffrance et de contrainte. Si l’individu passe le plus clair de son temps à travailler ou à chercher à travailler, rien d’étonnant à ce que celui-ci soit en quête de sens dans son travail.
Le sens du travail peut se définir à travers la perception qu’a l’individu à la fois de son travail et de son rapport à celui-ci. Le sens repose sur son vécu de l’expérience réelle du travail, sur l’interprétation qu’il en fait et de ses expériences passées. Il permet à l’individu de s’inscrire dans le passé, le présent et le futur. La perception est par essence toujours subjective et la question du sens éminemment personnelle. Pour autant, l’organisation peut créer un terreau favorable pour que l’individu s’approprie sa situation de travail et y trouve du sens. Ainsi, le sens du travail relève de trois sphères dans lesquelles s’insère l’individu : individuelle, des relations professionnelles et enfin organisationnelle.

Comment donner un sens au travail?

Si le sens s’élabore individuellement dans un processus permanent de recherche de cohérence, il peut être permis – ou empêché – par l’environnement professionnel. A partir de ses observations et de ses enquêtes de terrain, Estelle M. Morin, Psychologue de l’Université de Montréal, a défini un modèle des six caractéristiques déterminantes d’un travail porteur de sens. Ces propriétés sont les suivantes :

L’utilité du travail :

IU travail qui a du sens est utile pour les autres ou pour la société. « A cet égard, les cadres ont un rôle important à jouer. Ils doivent avoir la compétence et l’intégrité pour clarifier les attentes, donner des orientations claires à leurs employés et cohérentes avec la raison d’être de l’organisation qu’ils dirigent. »

La rectitude morale :

Un travail a du sens lorsqu’il est accompli de façon responsable, dans sa réalisation mais aussi dans les conséquences qu’il génère. « Tandis que certains font le choix d’agir comme le dicte leur conscience, d’autres sacrifient leur moralité et jouent le jeu de la « survie » souligne Estelle M. Morin. « Il va de soi que de tels agissements ont un prix : l’intégrité personnelle. » Un environnement de travail qui respecte les valeurs humaines, la justice et la dignité humaine renforce le sens.

Les occasions d’apprentissage et de développement : 

 Le travail a un sens lorsqu’il procure du plaisir à la personne qui l’exécute car il correspond à ses champs d’intérêts, lui permet d’exercer ses propres compétences, mais aussi de se réaliser. Ainsi, « Il importe de veiller à la qualité des décisions d’embauche et de promotion, à l’efficacité des programmes de formation et à la participation des employés aux décisions concernant l’organisation de leur travail.

L’autonomie : 

Le travail doit permettre à chacun d’exercer sa propre capacité de jugement et de créativité pour apporter des solutions dans son périmètre de responsabilité, mais aussi d’être consulté pour les décisions le concernant. « Pour cela, il importe d’instaurer des pratiques de gestion qui promeuvent la confiance dans les organisations.

La qualité des relations avec le management :

Un travail a du sens s’il est supervisé par un cadre qui exprime clairement ses attentes, offre son soutien quand on est aux prises avec des difficultés, et avec qui il est possible de discuter ouvertement des problèmes pour les résoudre : « Une relation de qualité en est une où le supérieur donne son soutien à son subordonné, témoigne de la considération et du respect pour lui, engendrant de la confiance et de la loyauté. »

La qualité des relations au sein de l’équipe :

Pour qu’un travail ait du sens, il doit être réalisé dans un milieu qui stimule les relations humaines positives et permet d’exercer son influence. Pour cette raison, il est important que les managers veillent à la qualité des relations dans leurs équipes. Eux-mêmes exemplaires dans leur attitude, ils doivent avoir le courage de fixer des règles de conduite invitant au respect mutuel et à la tenue des engagements de chacun : « Diriger implique également exercer un leadership moral, car le pouvoir que confèrent les compétences ou la position dans l’organisation doit s’exercer pour le bien commun. La valeur du leadership s’exprime dans la capacité du leader de préserver et promouvoir les valeurs fondamentales.

Quels effets vertueux quand on a re(trouvé) du sens au travail?

Tout d’abord, au niveau individuel, le sens au travail est un réel vecteur de santé au travail. On observe alors, des salarié.es plus investi.es, engagé.es, impliqué.es et motivé.es intrinsèquement par leur travail. Ceci est alors source d’accomplissement de soi et de créativité.

Au niveau collectif, le sens au travail renforce la collaboration , favorise la solidarité, l’innovation et l’apprentissage.

Enfin, au niveau organisationnel, on observe moins de turn over, d’arrêts maladie, et un renforcement de l’image positive de l’organisation, de l’efficacité et de la performance.

Pourquoi et comment être accompagné.e dans cette quête de sens?

Il n’est pas toujours évident, individuellement, de poser ce qui fait sens pour soi. De plus, cet élément subjectif bouge dans le temps, évolue en fonction de nos parcours personnels, professionnels, nos expériences. Il est donc essentiel de se poser les bonnes questions et de clarifier ce qui fait sens pour chacun.e.

Le Bilan de compétences est un outil qui ne se révèle pas seulement utile pour valider une reconversion professionnelle. Il peut aussi s’envisager pour changer d’entreprise ou de région, évoluer en interne dans sa propre société, renouer avec le marché du travail après une pause, créer une entreprise, reprendre une formation, mieux se connaître…

Le Bilan de compétences est un outil complet qui permet de réinterroger le sens au travail en venant notamment, mettre à plat et analyser le parcours de vie, les motivations intrinsèques et extrinsèques au travail, les valeurs prioritaires recherchées et en adéquation avec sa personnalité. L’objectif étant d’explorer, de vérifier et de valider un projet d’évolution interne, de reconversion, de formation et/ou de création d’entreprise qui ait un véritable sens et permettra l’investissement personnel dans le projet retenu!!

Vous êtes en quête de sens au travail mais vous ne savez pas comment le clarifier? vous envisagez un nouveau projet professionnel plus en accord avec vos valeurs et vous souhaitez le vérifier? Je suis à votre écoute…