LES CONSÉQUENCES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SUR L’EMPLOI

Dans le cadre de la mission d’information du Sénat consacrée à la sécurité sociale écologique, des représentants de l’Organisation internationale du travail (OIT) ont présenté les résultats de leurs modélisations concernant l’avenir du marché de l’emploi.

Réchauffement climatique : un péril pour l’emploi dans le monde

Le réchauffement climatique fait grimper les températures au niveau mondial. Et c’est une mauvaise nouvelle pour le monde du travail ! En effet, quelques degrés de plus nuisent à notre productivité. Vous en avez sans doute fait l’expérience : quand il fait trop chaud, impossible de travailler. Impossible également de bien dormir. On accumule donc de la fatigue et l’on a encore plus de mal à bien remplir ses missions en entreprise.

On parle alors de stress thermique. Selon le syndicat canadien de la fonction publique, « le stress thermique est une accumulation de chaleur dans l’organisme qui empêche le travailleur de maintenir une température corporelle normale ». D’après l’organisation internationale du travail (OIT), la hausse du phénomène de stress thermique pourrait induire des pertes de productivité équivalant à 80 millions d’emplois à temps plein à horizon 2030. En tout, 2,2% des heures travaillées au niveau mondial seront « perdues » du fait du changement climatique.

Quels secteurs d’activités vont être les plus touchés par le changement climatique ?

D’après Sarah GONTY, conseillère technique au BIT, les secteurs fortement émetteurs d’émission de gaz à effet de serre et ceux liés au transport et à l’énergie vont connaître des changements très profonds, à la fois positifs et négatifs. Par exemple, le secteur de l’énergie comprend les énergies grises (charbon, etc.) mais également les énergies renouvelables. On voit qu’il est possible de transférer des compétences liées aux mines à charbon vers l’énergie éolienne. Le secteur de l’agriculture va également subir une certaine transformation pour aller vers une agriculture plus durable : on risque d’avoir des pertes et des gains. Les secteurs qui ont le plus de potentiel sont le transport durable, l’énergie durable, le bâtiment à haut rendement énergétique et globalement tous les métiers liés à l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Lutter contre le changement climatique pour créer de l’emploi, oui, c’est possible !

En effet, si le réchauffement climatique est destructeur d’emploi, la préservation de la planète est vectrice de travail. C’est tout le principe de la croissance verte 🌿

Aujourd’hui, les émissions de CO2 sont avant tout liées :

  • À la combustion de carburant ;
  • À la production d’électricité via les énergies fossiles (charbon, fioul, gaz, etc.).

En s’attaquant à ces chantiers, on peut favoriser le développement du monde du travail. Le secteur de la transition énergétique en est un parfait exemple ! D’après le rapport 2020 de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), « le nombre d’emplois dans les énergies renouvelables pourrait tripler d’ici 2030, pour atteindre 30 millions » sur la planète.

En France, le bilan est très positif. Les énergies renouvelables (ENR) ont permis de dynamiser le marché de l’emploi. D’après l’Ademe, « entre 2006 et 2018, les emplois directs liés aux énergies renouvelables et de récupération ont bondi de près de moitié en passant respectivement de 60 550 à 90 120 emplois directs ».

L’économie circulaire : une économie créatrice d’emplois

Quels sont les métiers de l’économie circulaire ?

  • ÉCO-CONCEPTION DES PRODUITS : Ingénieur spécialiste de l’éco-conception
  • ÉCOLOGIE INDUSTRIELLE ET TERRITORIALE : Animateur territorial spécialiste de l’EIT
  • ÉCONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ : Responsable de stratégie de l’économie de la fonctionnalité
  • COMMANDE PUBLIQUE : Acheteur public
  • RÉPARATION DES OBJETS ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUES : Réparateur.trice
  • VALORISATION DES DÉCHETS DU BÂTIMENTS : Diagnostiqueur des déchets du bâtiment
  • MÉTHANISATION AGRICOLE : Technicien de maintenance et méthanisation
  • VALORISATION DES DÉCHETS PLASTIQUES : Opérateur de tri
  • SENSIBILISATION À L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE : Animateur « Économie circulaire »
  • VENTE DE PRODUITS DE SECONDE MAIN : Concepteur d’espaces de vente de produits de seconde main
  • RÉEMPLOI, RÉUTILISATION ET RÉPARATION AU RECYCLAGE : Valoriste

Les fiches de postes et formations pour y accéder, c’est par 👉ICI!

SERENN CONSEIL peut vous accompagner à la découverte de ces métiers, vérifier que votre profil (personnalité, aspirations, valeurs et compétences transférables) est en adéquation avec ces métiers et vous aider à la mise en oeuvre d’un projet de formation adapté à ces besoins. La prestation de Bilan de compétences permettra en effet de vérifier votre projet et sécuriser votre parcours.